Samhain : l'origine d'Halloween

Samhain
La fête populaire Halloween remonte au festival de la récolte celtique appelé Samhain [prononcez Saween1]. Cette fête célébrait la dernière récolte de l'année, marquant la fin de la période fertile, la fin de l'été. Elle existait depuis 2500 ans et avait lieu le 31 octobre.

Les préparatifs à Samhain étaient faits pour affronter le froid hivernal à venir. Des feux de joie étaient allumés. Certains néo-païens d’aujourd’hui considèrent Samhain comme le « Nouvel An païen », mais les anciens Celtes n’avaient pas cette opinion. Au lieu de cela, ils croyaient que pendant Samhain la frontière entre le monde des vivants et le monde des esprits était ouverte. Les esprits étaient plus susceptibles de marcher sur la terre ce jour-là que les autres. Afin de se cacher de tous les fantômes errants, les gens se déguisaient en costumes. De la nourriture était laissée sur le pas des portes pour les esprits qui passent.

Lorsque le christianisme a été introduit sur les terres celtiques autour de l'an 800, l'Église a créé son propre jour férié le 1er novembre pour honorer les saints appelés le Jour de la Toussaint. C'est le pape Grégoire IV qui l'a décrété en 837. Il ne faut pas confondre ce jour avec le Jour des morts qui a, quant à lui, été fixé en 1048 au 2 novembre.

La nuit d'avant le premier novembre (nuit de Samhain) s'appelait la Toussaint. Peu de choses ont changé dans les célébrations, mais le nom est resté.

 

Une nuit où les morts rencontrent les vivants…

Halloweenland - Disneyland Paris
Chez les celtes l’année était ponctuée par quatre fêtes importantes :
Imbolc au printemps
Beltane en été
Lugnasad en automne
et Samhain qui annonçait l’hiver.

L’époque de la fête de Samhain annonçait la fin des récoltes et l’arrivée du froid et la fameuse nuit où le Dieu de la Mort permettait aux morts de revivre le temps de quelques heures aux côtés des vivants.

L’année celtique était divisée en deux grandes périodes : la sombre et la claire. La nuit de Samhain était une nuit pour ainsi dire hors du temps, n’appartenant, ni à une période de l'année, ni à l’autre.

On situe Samhain entre le 25 octobre et le 20 novembre et elle correspond au 6ème jour de la lune montante, d'où la date qui n'était pas fixe comme aujourd'hui. Cette nuit là, un immense banquet était organisé, et chacun se devait d’être présent sous peine de mort. Chaque foyer se devait d’éteindre le feu de sa maison, et ainsi se plonger dans l’obscurité. Ceci permettait de se simuler un « état de mort » pour mieux apprivoiser cette dernière.

Des feux étaient allumés et des sacrifices de chevaux étaient perpétrés en Irlande (alors qu'en Gaule c'était des taureaux). Ces feux sacrés, allumés par les druides, symbolisaient un recommencement, le renouveau de la vie, une victoire contre la mort. Avant l'aube, chaque villageois prenait quelques braises du feu sacré et repartaient dans son foyer pour faire repartir son propre feu dans sa hutte.

Halloweenland - Disneyland Paris
Halloweenland - Disneyland Paris 1999

La nuit de Samhain dans la mythologie

Nuit d'Halloween
Dans la mythologie celte, beaucoup d'événements se sont déroulés lors de cette nuit si particulière, en particulier la guérison de Cûchulainn après une maladie qui dura un an et la victoire des Tuatha à la bataille de Mag Tured. Chaque nuit de Samhain, pendant vingt-trois ans, Aillen Mac Midna, un des Tuatha Dè Danann, sortait de son Sîdhe et vomissait un flot de feu contre Tara.

Les Fomôré, dieux de la Mort et de la Nuit, exigeaient de l’Irlande un impôt annuel dont la perception s’opérait la nuit du 31 octobre au 1er novembre.

Tigernmas, roi de la race D’Eremon, fils de Milé, après soixante-dix-sept ans de règne, mourut au « Champ de l’Adoration », à Mag Sclechta, avec les trois quarts des habitants de l’Irlande, qui étaient venus avec lui adorer la grande idole de Cromm Cruâch. C’était encore la nuit du 31 octobre au 1er novembre.

La seconde bataille de Mag-Tured entre les Tûatha Dê Danann et les Fomoré commença le 1er novembre.

C’est encore un 1er novembre que Oengus, fils du Dagda, se rendit au lac des Gueules de Dragons où il vit la belle Caer sous la forme d’un cygne et fut changé lui même en cygne.
 

Une tradition exportée en Amérique

C’est avec la grande vague d’émigration irlandaise vers le nouveau Monde que la tradition de Samhain, Halloween, a traversé l’Atlantique. Le terme anglais Halloween, en lui-même, pourrait venir de Hallow eve, c’est-à-dire la veille du jour où l’on célèbre les saints. Samhain signifie tout simplement « fin de l’été ».

Aujourd’hui, les pratiques traditionnelles de Samhain ne sont plus ce qu’elles étaient autrefois. Outre-Manche et outre-Atlantique elles sont pour ainsi dire réduites à des défilés d’enfants dans les villes et les quartiers. Tout le monde accepte le jeu du « trick or treat » (« délices ou malices ») devenu à la mode aux États-Unis et les petits diablotins habillés en citrouilles se remplissent les poches d'argent et le ventre de confiseries et en font voir de toutes les couleurs aux adultes qui ont oublié de faire leurs provisions de friandises.

C'est d'Amérique que cette fête est revenu en Europe où elle obtint un succès grandissant d'année en année au point qu'elle est déjà très populaire. Elle s’est répandue sur tout le pays comme une traînée de poudre. Quels que soient les avis à son sujet, la vieille fête du nouvel an celtique n’en est pas encore à ses derniers soubresauts.

Le tradition de la sculpture des citrouilles

Jack-o-Lantern
Découper des navets ou des courges et placer une bougie à l'intérieur était une pratique courante lors du festival d'Halloween. Ce n'est que lorsque les vacances sont arrivées en Amérique du Nord que des citrouilles ont été utilisées. Les raisons originales de cette pratique ne sont pas parfaitement claires. Les bougies et les visages sculptés étaient peut-être destinés à effrayer les esprits importuns qui erraient sur la terre à ce moment-là. On appelle d'ailleurs ces citrouilles illuminées de l'intérieur Jack-o-Lanterns, comme ces fées celtiques qui planaient sur les marais. Ils auraient également pu symboliser le chef du souverain gallois Bran le Bienheureux, qui a demandé que sa tête coupée soit placée pour faire face à la France afin de protéger les terres celtes des envahisseurs.


L'origine des déguisements d'Halloween

L'invitation de Samhain pour le banquet était ouverte aux esprits amicaux. Mais les enseignements et le folklore gaéliques indiquaient très clairement que certaines de ces âmes des morts n'étaient guère ce que l'on pourrait appeler de nature amicale.

Pour s’assurer que les esprits démoniaques ne reconnaissent pas une personne vivante quand ils en voient une, de nombreux gaëls ont eut l'idée porter des costumes comme moyen de dissimulation pour la nuit du 31 octobre où les morts reviennent parmi les vivants. Ils se camouflèrent eux-mêmes en tant que goules, fantômes et créatures étranges qui les traquaient, pour ne pas être détectés par les âmes prédatrices des défunts.

Il est intéressant de noter que l'idée de prendre l’apparence des morts (ou des morts-vivants) pour s’assurer qu’il est possible de se déplacer parmi eux sans se faire remarquer – du moins pendant un moment – a été brillamment reprise dans des films comme The Walking Dead, Shaun of the Dead et dans World War Z de Max Brooks.

Dans The Walking Dead, Rick Grimes et son groupe de survivants ont enduit leurs vêtements avec les vêtements des morts pour masquer leur odeur humaine. Dans Shaun of the Dead, Shaun et son propre groupe de survivants titubaient ivre dans la rue, espérant qu'ils ne seraient pas reconnus par les morts. Leurs espoirs ont été définitivement déçus ; ils ont été reconnus par les zombies astucieux en quelques secondes.

Et, dans World War Z, l’assaut des zombies est finalement maîtrisé lorsqu’un cocktail viral est créé pour camoufler efficacement les vivants et les sains de la détection par les morts.

Ainsi, nous voyons d'incroyables similitudes en ce qui concerne Halloween, les anciennes croyances de Samhain, la résurrection des morts depuis des siècles, et le monde des zombies d'aujourd'hui.


Notes :
1. En irlandais, un 'm' suivit d'un 'h' se prononce 'v' quand il est précédé d'un 'e' ou d'un 'i' ; il se prononce 'w' quand il est précédé d'un 'a', d'un 'o' ou d'un 'u'.
Exemples :
Neimheidh=Nevet
Caoimhín=Kevin
Samhain=Saween



Retour à la catégorie : La mythologie celtique (suite)